Encore une déception.
Après une heure passée à me pomponner dans la salle de bain, la chambre rangée aussi bien que possible, à attendre impatiemment tout sauf un coup de téléphone..(en tout cas un comme celui là), je finis par répondre à celui que je craignais, celui qui annule tout.
J'ai passé 2 ans à t'attendre, pansé par l'idée que mes attentes et que nos concessions prendraient bientôt fin comme tu me le répétais souvent.
"Plus qu'un an et après tout ira mieux".balivernes.
Tu as encore moins de temps libre que lors de tes deux années de prépa.
Je crois que je ne veux plus passer ma vie à t'attendre, à crier et pleurer dans une explosion de nerfs chaque fois que ma lumière du jour reste derrière la fenêtre et ne passe pas ma porte.
Je crois que je vais revenir sur ma proposition de vie parisienne pour l'année prochaine, comme ça je ne serai plus la seule à attendre l'autre..