"M.

[...]

J'ai pas mal de poids sur le coeur moi aussi, mais je ne sais trop par où commencer.

On va commencer par la parenthèse inutile et sans rapport mais qui apportera une touche de sourire à mon clavier. Tout d'abord mon séjour à Rennes, ce n'était pas l'Orgie alcoolisée que j'imaginais, mais même si les journées étaient pépères j'étais contente de revoir mon amie Ariane et de passer du temps avec elle, temps qu'elle laisse longuement couler seule d'habitude. J'ai aussi eu l'occasion de voir ma grand mère qui est toute seule le reste de l'année, je lui ai fait la surprise et suis arrivée à l'improviste alors sur le coup sans ses lunettes elle ne m'a pas reconnu et m'a prise pour ma grande soeur qui vit à Rennes aussi^^( mais qui ne vient pas souvent la voir pourtant). Mais ensuite elle a sauté de joie et a appelé toutes ses amies pour leur raconter^^ ça m'a fait plaisir de lui apporter un peu de chaleur dans son quotidien assez fade; mais ça fait toujours un pincement au coeur quand on s'en va et qu'elle me regarde à la fenêtre jusqu'à ce que j'ai passé l'angle de la rue.

A côté de ça il me semble t'avoir parlé de l'enfant de mon père qui était en cours de route et dont l'annonce m'avait bouleversé, avec le temps et du recul j'ai appris à me faire à cette nouvelle, et il est né vendredi dernier, c'est un garçon et il s'appelle Nil ( ça veut dire « bleu » en bengali, comme mon père est indien, voilou), puis quand on voit sa bouille on ne peut s'empêcher de créer une petite parenthèse jusqu'à la joue.

Le seul soucis reste la réaction excessive de ma mère après avoir attrapé cette nouvelle dans ses oreilles..je t’avais déjà dit qu’elle était spéciale, mais je ne t’ai pas donné de détails sur son comportement quotidien qui laisse penser à un soucis psychologique. Toujours est il qu’elle est devenue complètement hystérique et passe ses nerfs sur nous..à tel point que je me suis vue obligée de rencontrer une assistante sociale pour lui demander de l’aide..

Je ne pourrai jamais t’expliquer tout ça en détails, ou alors en vrai car sinon j’aurai vite fait mal aux yeux et aux doigts, toujours est il que j’aimerai qu’elle parle à quelqu’un avant que mes petites sœurs finissent par devenir cinglées aussi.

Mes mots peuvent paraître excessifs mais je ne suis pas la petite rebelle en pleine crise d’adolescence, ma mère m’aura justement appris au contraire à mûrir très vite et à me voir forcé à me responsabiliser rapidement.

J’ai dû déjà te le dire mais je suis un peu la maman de mes sœurs, et j’ai de plus en plus peur pour elles. J’aimerai avoir la force et les moyens de les tirer des bras qui les maltraitent  psychologiquement, et les déposer dans un cocon avec plein de gens sains où elle pourront pleinement s’épanouir, mais je n’ai pas encore les bras assez longs pour qu’il porte autre chose que mes deux propres mains.

Voilà pour les nouvelles, ça m’a fait du bien de te résumer un peu tout ça, on aura peut être l’occasion d’en parler plus longuement au fond d’un verre, je n’ai pas oublié ton idée de fausse rencontre imprévue à la table d’un café.

[...]"